Inspirations

MON Book Séries

MES DEFIS, MES VICTOIRES

    Vie de spondy

    #j’ai peur : mon traitement médical s’essouffle

    Mois après mois, mes cris de douleurs, se sont transformés en larmes, puis mes larmes en profondes inspirations. #jesuisforte !

    Ce soir encore, je me suis piquée. J’ai pris mon injection d’Enbrel, vous savez, ce mélange chimique qui me maintiens debout. Une fois par semaine, c’est le même rituel : je dois m’injecter cette sorte de Red Bull. Je la sors de mon frigo et la laisse redescendre à température. Ce soir encore, je l’avais oubliée sur la table du salon, depuis environ 3h. Je file dans la douche, c’est l’endroit où je me sens le mieux pour faire le vide et respirer avant de faire l’injection.

    L’Enbrel est une solution injectable. C’est une des composantes de mon traitement pour la spondylarthrite active. Il agit en diminuant la douleur et le gonflement de mes articulations. Il est aussi utilisé dans le traitement d’autres maladies auto-immunes telle que la polyarthrite rhumatoïde. En fait, cette injection ralentit la destruction de mes articulations causée par la maladie. Je m’en injecte 50 mg par semaine dans les cuisses. C’est en l’associant à l’imeth, un cacheton aux couleurs des mignons, que mon traitement est efficace sur mon psoriasis. Ce médicament, que je prends à raison de 15mG par semaine, affecte la reproduction des cellules de mon organisme. Il diminue l’activité mon système immunitaire.

    Bien qu’il y ait déjà 4 ans, que je fais ce rituel, je bloque dessus, depuis quelques mois. Pourtant, les étapes franchies sont positives.  La première injection, se faisait en hôpital de jour, puis c’est un infirmier qui venait à domicile, ensuite ça a été mon tour. J’ai d’ailleurs fait une danse de la joie mémorable d’une semaine ! C’était une victoire : mon autonomie et mon indépendance retrouvée 🙂 #çanapasdeprix !

    Je n’oublierais jamais ces premiers mois douloureux, pendant lesquels mon corps se défendait encore contre l‘injection en créant des réactions cutanées aussi grosses qu’un jambon de Bayonne. Mois après mois, mes cris de douleurs, se sont transformés en larmes, puis mes larmes en profondes inspirations. #jesuisforte ! Avant, j’y allais franco et c’était plié. Maintenant, j’y vais à reculons. Je perds de longues minutes avant de me piquer. Mais que se passe-t‘il ? L’injection se fait le même jour, toutes les semaines. Il y a des semaines, où j’ai envie d’envoyer valser tous ces médocs. C’est mon moi rebelle qui s’exprime ! Quand j’ai commencé ce traitement, mon objectif était et reste de m’en défaire, de trouver des alternatives naturelles pas à pas. Depuis quelques mois, je ressens un épuisement, un ras-le bol, celui qui fait pleurer de colère, d’impuissance, un peu de tout à la fois. J’ai d’ailleurs boycotté mon suivi sanguin depuis 4 mois je ne le fais plus, je sais que c’est irresponsable… j’en ai marre. Jusqu’ici, j’ai plutôt bien géré, mais là : #jesature.

    Je prends ce traitement par conviction, les effets sont prouvés, il a changé ma vie, même s’il semble s’essouffler. C’est peut-être là le hic ! Lors de mon dernier suivi en janvier, le rhumato m’a dit que le traitement semblait moins efficace qu’avant, compte tenu des douleurs que je lui décrivais. La maladie atteint ma cage thoracique et c’est épuisant. Je déteste les soutifs, depuis ma naissance je pense ! Alors, quand je dois me concentrer pour parler à mes clients et qu’un soutif, écrase mes côtes endolories, tout en contribuant à ce que j’assure lorsque j’expose mes idées ! C’est l’amour vache depuis. Mon asthme, mes toux allergiques et mes fous rires rendent cette inflammation de paroi thoracique, difficile à gérer.

    Ma conviction sur ce traitement, s’essouffle en même temps que lui. J’ai bien imprimé son enjeu sur la maladie, sur ma vie, sur mon corps. Je suis bien consciente qu’il coûte cher, que je suis une malade privilégiée, car la spondylarthrite est une maladie chronique reconnue, alors que d’autres non… et je mets un point d’honneur à être responsable dans ma consommation de médicaments. Je n’en suis plus au début, où je prenais une vingtaine de cachetons par semaine. Je ne prends plus que deux. J’ai fait le ménage et j’ai aussi développé une aversion pour les médocs.

    Je me réveille avec la pêche les matins, et ce n’est pas un costume. J’ai des raisons de me réveiller chaque matin, alors j’ai le cœur qui smile. Je vis (presque) de mes passions avec passion. Je suis plutôt de nature optimiste, je vous le disais dans un article précédent, (trop) enthousiaste et je ne connais pas l’ennui. Il y a des jours où, la douleur et moi, ne nous rejoignons pas. Je ne la ressens plus,ou alors, elle n’est pas plus forte que moi.

    Néanmoins, ces derniers temps, je vis mal les injections, sans trop pouvoir me l’expliquer. Je suppose que c’est lié aux retours de mes douleurs. J’ai peur qu’il ne fonctionne plus, j’ai peur de tout recommencer, j’ai peur de perdre espoir… A chaque fois que je prends mon traitement médical ces derniers temps… ma sensation est la même : je me bats contre un fantôme. C’est un peu comme si je faisais un remake de Kung Fu Panda qui galère avec le vent !

    Pour moi, tout cela est devenu trop violent. J’ai l’impression que chaque semaine, je prends une gifle douloureuse qui présage un autre chapitre. Un chapitre que je ne suis pas encore prête à conclure. Je déteste cette maladie, je ne suis d’accord qu’elle s’installe plus encore. Je crois qu’après 4 ans d’injections, quelques veines éclatées et quelques effets indésirables, aujourd’hui, je sature… je demande un temps mort !

    Et vous ? Connaissez-vous cette sensation ? Quels sont vos retours ?

  • Vie de spondy

    La spondylarthrite, ma coloc’ à vie

    Mon premier rencard avec la SPA J’ai toujours été une fille indépendante. J’ai grandis en rêvant du moment où j’allais enfin partir de chez mes parents. J’ai cultivé un esprit de…

  • Traits d'humeurs

    C’est pour quand ?

    Quand on est en couple depuis quelques années, qu’on a la trentaine et que les choses suivent leur cours tranquillement, on rencontre toujours quelqu’un qui demande : “alors , les enfants,…